TASMANNIA LANCEOLATA

 

photo M. Le Hérissé

 

Une plante qui a du piquant : Tasmannia lanceolata ou Poivre de Tasmanie ou encore Poivre des aborigènes.

 

 

Ce petit arbuste appartient à la famille des Wintéracées, proche des magnolias, il était auparavant connu sous le nom de Drimys aromatica. Il provient du SE de l’Australie, Tasmanie, régions fraiches à froides.

 

Il a une forme érigée, compacte et est intéressant pour son feuillage persistant, vert sombre qui dégage une agréable odeur épicée lorsqu’on le chiffonne. Tasmannia lanceolata est une plante dioïque : elle possède donc des plants femelles et des plants mâles distincts.

 

Les feuilles lancéolées sont coriaces, d’aspect vernissé alors que le revers est plus clair et mat. Elles mesurent environ 8cm pour les plants mâles, les feuilles des plants femelles sont plus courtes. Un atout intéressant est la couleur rouge de ses tiges et de ses pétioles.

 

La floraison a lieu au début du printemps, les ombelles de fleurs se développent à l’extrémité des tiges, elles comportent 4 ou plus rarement 5 pétales blanc-vert de très petite taille : 5 à 6 mm, sur les pieds femelles. En automne, des petits fruits ronds à 2 lobes noirs à maturité. Ces fruits peuvent s’utiliser comme épice rappelant le poivre.

 

Les fleurs mâles sont plus décoratives : avant épanouissement, les boutons présentent une belle couleur rouge due aux 2 sépales, puis quand la fleur s’épanouit, les étamines jaunes semblent jaillir du cœur de la fleur, leurs pétales sont plus nombreux : de 5 à 7, ils sont fins et plus longs que ceux des fleurs femelles. L’aspect général des fleurs est une couleur jaune vif et rouge grâce aux sépales qui restent accrochés à la base des pétales.

 

Pour avoir des fruits, il est donc nécessaire d’avoir le plant mâme et le plant femelle, alors qu’en jardinerie il est beaucoup plus fréquent de trouver les premiers, et très rare de trouver les seconds.

 

Le Tasmannia lanceolata est très résistant au froid : jusqu’à – 10, il convient donc parfaitement au climat doux de la Bretagne dont il apprécie les sols acides, et frais, en effet, il n’aime pas le calcaire, à une exposition ensoleillée ou à mi ombre.

 

 

photo M. Le Hérissé

Plant femelle : fleurs en fin de floraison, avec les fruits à 2 lobes en formation.

 

photo M. Le Hérissé

 

photo M. Le Hérissé

 

photo M. Le Hérissé

Plant mâle : fleurs nettement plus colorées.

 

photo M. Le Hérissé

Sépales rouges bien visibles.

 

photo M. Le Hérissé

Différence de taille du feuillage d'un pied mâle à droite et femelle à gauche.